Retour à l'interface d'accueil du site Abbaye de Boulaur  Liens
abbaye-boulaur-claire-de-castelbajac
 
 

 

Quelques paroles de Claire

CAT CZ DE ES GB HU IT LIB NL POR

quelques-paroles-01

«Je suis pas seule. Je reste avec Jésus.» (2 ans ½ - à. sa mère, qui la laissait seule un moment).

«Je veux être sainte, alors il faut que je fasse des sacrifices.»  (6 ans 1 /2 à 5a mère) 

- As tu pensé à offrir ton cœur et ta journée ? «Bien sûr ! Sans ça, à quoi je sers ?» (7 ans - à sa mère)

«Vous savez ce que je veux être plus tard ?» - Oui je le devine. Tu veux être religieuse. «Non, c'est plus fort que ça» - Alors, je ne devine pas... «Je veux être sainte, voilà ! C'est plus fort que d'être religieuse, hein ? » (8 ans ½ - à son père)

Notes dans un cahier - à l'âge de 13 ans :
«Jésus dites bien à Notre Père que je l'adore et que je propagerai sa Gloire autant que je le pourrai. Dites à Notre Mère que j'essaie d'avoir sa pureté et sa gentillesse. Dites au Saint-Esprit qu'il faut qu'il m'aide à vous aimer encore plus. Merci et à demain.»
«Merci de m'avoir donne la force de faire des sacrifices. J'en ai tant besoin pour vous donner des âmes.»
«Maintenant, je vais prier et faire des sacrifices autant que je pourrai, pour les pécheurs, les païens, les persécuteurs, les missionnaires et ceux qui ne peuvent être baptisés.»
«Jésus, faites que je reçoive souvent les sacrements et que j'aille plus souvent à la Messe, afin que la vie de la grâce augmente en moi, et que je ne me sépare jamais de vous, et qu au contraire j'aide les autres à venir vers vous.»
«Faites que le petit gland que je suis grandisse et devienne avec vous un grand chêne, qui fasse beaucoup d'autres glands, aidés par ce chêne.»
«Pardon, mon Dieu infiniment miséricordieux, pardon pour tous les péchés du monde. J'essaierai de les réparer le plus possible en étant missionnaire et en proclamant votre Gloire. Mais aidez-moi, s'il vous plaît, à lutter contre le péché et à vaincre le démon, pour que la cause de Dieu triomphe en moi.»

«J'ai du bonheur en trop, ça déborde. Voulez-vous que je vous le donne ? Je suis contente, contente, toute remplie d'un bonheur (la joie des enfants de Dieu, peut-être ?) d'un bonheur qui ne peut pas se définir.» (14 ans ½ à ses parents)

«C'est drôle, en y réfléchissant, que de motifs de bonheur on peut trouver ! La vie n'est que bonheur ! Ce sont les hommes qui en font du malheur. Si tout le monde pouvait le comprendre !» (16 ans à ses parents).

«Ne te décourage jamais ! C'est la pire des bêtises. Dès que tu commences à faiblir, appelle vite la Sainte Vierge et ton Ange Gardien, et tu es sûre qu'ils t'aideront. Ce sont les meilleurs amis, et combien puissants ! Ils ne te laisseront pas tomber. Ensuite remercie-les. Le remède est excellent. (16 ans ½ - à une amie). 

– La sainteté, c'est l'Amour à vivre les choses ordinaires, pour Dieu et avec Dieu, avec sa grâce et sa force.
J'avais toujours cru que c'était l'acceptation et non l'Amour. Ça change tout et c'est lumineux. Ce doit être de là que vient la joie de Dieu, car, enfin, l'acceptation est assez neutre comme sentiment, quoique déjà plus élevé que la résignation.
Mais l'Amour, c'est au fond le seul sentiment digne de Dieu. On n'accepte pas un baiser de ses parents, mais on l'aime, parce qu il vient de ses parents.
accepter: c'est un peu se dire: Bon, on m'envoie cette tuile, prenons-la du bon côté et offrons-la à Dieu.
se résigner : ...cette tuile m'embête ! De toutes façons, pas d'autres moyens que de l'offrir à Dieu.
en faire de l'Amour: Dieu a la bonté de m'envoyer cette tuile pour que je la lui offre de tout mon cœur pour sa Gloire.
Il n'empêche qu'il faut avoir une forte couche de sainteté pour faire de toutes choses de l'Amour.» (17 octobre 1972 - note dans un cahier)  

«Je voudrais donner du bonheur à tous ceux que j'approche et semer la joie. La petite Thérèse attendait d'être au ciel pour faire des heureux. Moi, je veux en faire sur la terre.» (1972 - à une religieuse)

«Il faut absolument que je témoigne de Dieu dans la joie... suffit pas de belles phrases.» (mars 1973 - à ses parents)

«Je continue à nager dans la joie et la paix intérieure. J'aime tout le monde et j'ai envie de rendre tout le monde heureux : ça doit être ça, la joie des enfants de Dieu ! Depuis le temps que je la cherche !» (28 juillet 1974 - à ses parents) 

«Je prie pour toi. Fais confiance à la Sainte Vierge, et habitue-toi à la savoir présente à toute heure à côté de toi, et plus tu la sais présente, plus elle se rapproche de toi. Avec ça, tu ne peux échapper au rayonnement de sa Sérénité et de sa Paix. Le tout, c'est d'y croire.»  (20 août 1974 - à une amie) 

«Je m'aperçois maintenant combien tout, dans la vie, doit être tourné vers Dieu, et que, si on le pense vraiment, cela ne demande même pas d'effort, tellement c'est naturel.»  (2 octobre 1974 - à ses parents) 

«Au-delà de ma familiarité avec la Sainte Vierge, je découvre l'Amour de Dieu, immense, étonnant et si simple.» (4 octobre 1974 - à une amie)

Je voudrais déverser en toi de cette Foi qui maintenant m'inonde, et t'en donner la recette. Lis la Bible, commence par Saint Jean, dis des chapelets, et donne-toi quelques minutes par jour pour l'oraison. La charité chrétienne, c'est d'aimer les autres parce que Dieu les aime. Voilà entre autres, ce qui me bouleverse de joie divine.» (10 octobre 1974 - à une amie) 

«Je m'émerveille de la quantité d'Amour de Dieu, et je l'admire aussi de m'avoir donné tant de grâce en retour de Rien.» (novembre 1974)

« Je suis tellement heureuse que, si je mourais maintenant, je crois que j'irais au ciel tout droit, puisque le ciel, c'est la louange de Dieu, et j'y suis déjà.» (à sa mère, peu de jours avant la déclaration de sa dernière maladie, que rien ne laissait prévoir).


Imprimé avec permission de l'Ordinaire
15 novembre 1982

 

Autres langues :

ALGUNES PARAULES DE CLAIRE

“No estic sola. Em quedo amb Jesús” (2 anys ½, a la seva mare que la va deixar sola un moment).

“Vull ser santa, així doncs cal que faci sacrificis” (6 anys ½, a la seva mare)

- Has pensat a oferir el teu cor i el teu dia? “Segur! Si no ho fes així de què serveixo?” (7 anys, a la seva mare).

“ Sabeu què vull ser més endavant?” – Sí, ho endevino. Tu vols ser religiosa. “No, és més fort que això” – Així no ho endevino pas... “Jo vull ser santa, vet aquí! És més fort que ésser religiosa, oi?” (8 anys ½, al seu pare).

Notes en una llibreta – a l’edat de 13 anys.
“Jesús digues al Pare Nostre que l’adoro i que propagaré la seva Glòria tant com podré. Digues a la Nostra Mare que intento tenir la seva puresa i la seva gentilesa. Digues a l’Esperit Sant que cal que m’ajudi a estimar-vos encara més. Gràcies i fins demà”
“Gràcies per haver-me donat la força per fer sacrificis. En tinc tanta necessitat per a donar-vos ànimes”
“Ara, pregaré i faré tants sacrificis com podré, pels pecadors, els pagans, els perseguidors, els missioners i aquells que no poden ser batejats.”
“Jesús, fes que rebi sovint els sagraments i que vagi més sovint a Missa, perquè la vida de la gràcia augmenti en mi, i que no em separi mai de Tu, si no que, al contrari, ajudi els altres a venir cap a Tu.” 
“Fes que el petit aglà que jo sóc creixi i esdevingui amb Tu un gran roure, que faci molts altres aglans ajudat per aquest roure.”
“Perdó, Déu meu infinitament misericordiós, perdó per tots els pecats del món. Intentaré reparar-los tant com sigui possible sent missionera i proclamant la teva Glòria. Però, ajuda’m, si us plau, a lluitar contra el pecat i a vèncer el dimoni, perquè la causa de Déu triomfi en mi.”

“Tinc tanta felicitat que en vesso. Voleu que us la doni? Estic contenta, contenta, tota plena de felicitat (la joia del infants de Déu, potser?) d’una felicitat que no es pot pas definir “ (14 anys ½ als seus pares)

“És divertit, si hi penses, quants motius de felicitat es poden trobar! La vida no és res més que felicitat! Són els homes que en fan una desgràcia. Si tothom ho pogués entendre!” (16 anys als seus pares)

“No et desanimis mai! És la pitjor de les bestieses. Quan comencis a flaquejar, crida de seguida la Verge Maria i el teu Àngel de la Guarda, i estigues segura que t’ajudaran. Són els millors amics i molt poderosos! No et deixaran pas caure. Dóna’ls les gràcies de seguida. El remei és excel·lent.” (16 anys ½ a una amiga)

- La santedat és l’Amor a viure les coses ordinàries, per Déu i amb Déu, amb la seva gràcia i la seva força.

Jo sempre havia cregut que era l’acceptació i no l’Amor. Això ho canvia tot i és lluminós. Deu ser d’allà que en ve la joia de Déu, ja que, al capdavall l’acceptació és força neutra com a sentiment, encara que ja és més elevat que la resignació.

Però l’Amor és en el fons, l’únic sentiment digne de Déu. No s’accepta un petó dels pares, però hom l’estima, perquè ve dels pares.

Acceptar: és una mica dir-se: Bé, m’envien aquesta contrarietat, prenem-la de bon grat i oferim-la a Déu.

Resignar-se: ... aquesta contrarietat m’empipa! De totes maneres no hi ha més remei que oferir-la a Déu

Convertir-ho en Amor: Déu té la bondat d’enviar-me aquesta contrarietat perquè jo la hi pugui oferir de tot cor per a la seva Glòria.

Malgrat tot cal tenir un bon gruix de santedat per convertir totes les coses en Amor.” (17 d’octubre 1972 – nota en un quadern)

“Voldria fer feliços a tots aquells a qui m’acosto i sembrar l’alegria. Teresina va esperar ser al cel per fer feliç a la gent. Jo ho vull fer a la terra.” (1972 a una religiosa)

“Cal que doni testimoni de Déu amb alegria... no n’hi ha prou amb  frases boniques.” (mars de 1973 als seus pares)

“Segueixo nedant en l’alegria i la pau interior. Estimo tothom i tinc ganes de que tothom sigui feliç: això deu ser la joia dels infants de Déu! Fa tan temps que la busco!” (28 de juliol 1974 als seus pares)

“Reso per tu. Confia en la Verge Maria, i acostuma’t a sentir-la present sempre al teu costat, i com més la hi sentis, més s’acostarà a tu. Així tu no podràs escapar a la irradiació de la seva serenor i de la seva pau. Es tracta de creure-hi.” (20 agost 1974 a una amiga)

“Ara m’adono de que, en la vida, tot ha d’estar encarat a Déu, i que si hom hi pensa bé, això no suposa pas cap esforç ja que és ben natural” ( 2 octubre 1974 als seus pares)

“Per sobre de la meva familiaritat amb la Verge Maria, descobreixo l’Amor de Déu, immens, sorprenent i tan senzill” ( 4 octubre 1974 a una amiga)

“Voldria abocar en tu aquesta Fe que ara m’inunda, i donar-te’n la recepta. Llegeix la Bíblia, comença per Sant Joan, resa el rosari, i dedica alguns minuts al dia a la pregària. La caritat cristiana consisteix en estimar els altres perquè Déu els estima. Vet aquí, entre altres coses, el que em fa sobreeixir de joia divina” (10 d’octubre de 1974 a una amiga)

“Em meravella la quantitat d’Amor de Déu, i també l’admiro per haver-me donat tanta gràcia a canvi de res.” (novembre 1974)

“Sóc tan feliç que, si em morís ara, em sembla que aniria al cel de dret ja que el cel és la lloança de Déu, i ja hi sóc.” ( a la seva mare pocs dies abans de declarar-se-li la darrera malaltia, que res feia preveure)





 
 


L’abbaye de Boulaur
Horaires
Calendrier liturgique
Hôtellerie
Magasin
Vente en ligne
Album photo
Le prieuré de Rieunette
Horaires
Couleur Ciel
Album photo
La vie monastique
Vie quotidienne
Histoire de l'Ordre Cistercien
Spiritualité cistercienne
Cours de Formation Monastique
Vocation
Prier
Demander conseil
S'informer, se former
Se connaître, se construire
Nourrir sa foi
La foi cherche à comprendre
Liturgie, école de vie
Construire sa vie sur la parole de Dieu
Catéchèses de Jean-Paul II
Textes de réflexion
Claire de Castelbajac
Vie de Claire
Quelques paroles
Cause de béatification de Claire
Confier une intention de prière

Contact
Liens
Mentions légales

Abbaye cistercienne Sainte Marie de Boulaur F- 32450 Boulaur - T. 00.33(0)5.62.65.40.07 - Plan d’accès - Réalisation STUDIO-NP Communication