Saint Benoît et sa Règle

 

À la fin du Ve siècle, alors qu’à Rome il aurait pu faire carrière, Benoît de Nursie choisit de se retirer dans la solitude pour vivre sous le regard de Dieu seul et s’installe à Subiaco dans une grotte. Après quelques années de vie érémitique sa vie attire de nombreux disciples qui veulent comme lui servir Dieu. Il fonde alors une douzaine de monastères dont le plus connu sera celui du Mont Cassin. S’inspirant des écrivains monastiques précédents, il écrit une Règle de vie pour guider ses moines. Ce texte de 73 courts chapitres est un modèle d’équilibre et de profondeur spirituelle. Il a traversé les siècles et conduit encore des milliers de moines et moniales dans leur recherche de Dieu. Tous les matins, dans la salle du Chapitre, notre communauté se rassemble pour écouter un chapitre de cette Règle et notre Mère Abbesse commente le passage pour l’adapter à notre vie quotidienne.

 

               Chapitre 72 : LE BON ZELE QUE DOIVENT AVOIR LES MOINES

 

Il est un mauvais zèle, un zèle amer, qui sépare de Dieu et mène à l’enfer. De même, il est un bon zèle qui sépare des vices et mène à Dieu et à la vie éternelle.

C’est ce zèle que les moines pratiqueront avec un très ardent amour : ils s’honoreront mutuellement avec prévenance ; ils supporteront avec une très grande patience les infirmités d’autrui, tant physiques que morales ; ils s’obéiront à l’envi ; nul ne recherchera ce qu’il juge utile pour soi, mais bien plutôt ce qui l’est pour autrui ; ils s’accorderont une chaste charité fraternelle ; ils craindront Dieu avec amour ; ils aimeront leur abbé avec une charité sincère et humble ; ils ne préfèreront absolument rien au Christ ; qu’Il nous amène tous ensemble à la vie éternelle !

Règle de Saint Benoît