Historique de l’abbaye

 

L’Abbaye Sainte Marie de Boulaur fut fondée en 1142 par Pétronille de Chemillé, abbesse de Fontevraud, l’archevêque d’Auch et Sanche Ier, comte d’Astarac. Elle dépendait de l’abbaye de Fontevraud. La première abbesse de Boulaur fut Longuebrune, veuve du comte d’Astarac, qui à la mort de son mari avait décidé d’entrer dans les ordres.

Le monastère tire son nom du latin Bonus Locus, le Bon Lieu, et a donné son nom au village de Boulaur qui s’appelait auparavant Saint Germier, du nom d’un évêque de Toulouse qui évangélisa la région.

L’église, romane dans sa base, comprend trois travées de voûtes gothiques et deux travées Renaissance. Des fresques du XIVe siècle couvrent les voûtes du chœur et de la travée suivante. À l’intérieur, le cloître est du XVIIe siècle et abrite la statue d’une Vierge à l’Enfant datée fin XIIIème siècle – début XIVème siècle, retrouvée sous un carrelage et baptisée la « Belle Dame » de Boulaur. L’aile Est date de la fin du XIIIe siècle, avec une construction de briques et pierres alternées, remaniée au XVIIème siècle.

Après la Révolution, les moniales réintègrent le monastère et restaurent l’église. Elles sont à nouveau chassées lors des lois anticléricales au début du XXe siècle.

Le monastère a été restauré en 1949 par des moniales de l’Ordre Cistercien.

En 1998, la communauté a essaimé pour faire revivre l’antique Abbaye cistercienne Ste Marie de Rieunette au diocèse de Carcassonne. Aujourd’hui les sœurs y sont au nombre de 6 dont une novice. Pour en savoir plus vous pouvez consulter leur site Internet : www.rieunette.org