Devenir moniale

 

On nous demande souvent pourquoi nous avons fait le choix d’entrer au monastère et sous son air insignifiant c’est une question bien difficile ! Nous entrons au monastère en réponse à un appel du Seigneur, un appel qui se discerne à travers les désirs de notre cœur, les circonstances qui nous ont menées ici et surtout la paix et la joie qui nous font reconnaître en ce lieu la bonne terre où notre vie portera du fruit.

Le choix de la vie monastique se fait donc pas à pas, au fur et à mesure que la lumière se fait et que grandit l’évidence que nous ne pourrons être nulle part plus heureuse qu’ici. Pour cheminer vers la décision de nous engager définitivement à demeurer dans la communauté nous sommes accompagnées par la Mère Abbesse et une sœur désignée pour cette mission, appelée maîtresse des novices. Les autres sœurs de la communauté soutiennent aussi cette progression à travers la vie fraternelle, les cours dispensés par des anciennes, le travail en commun…

Les étapes de l’engagement dans la communauté

Lorsqu’une jeune fille s’interroge sur la possibilité de rejoindre notre vie elle commence par nous rencontrer en faisant des séjours dans notre hôtellerie monastique. Là, au milieu des hôtes, elle participe aux offices, côtoie les sœurs lors de temps de service ou de rencontres et nous pouvons ainsi faire connaissance de part et d’autre. Au cours de cette période, elle échange avec la maîtresse des novices afin de percevoir si le désir de cette vie qui naît peu à peu en son cœur correspond au projet du Seigneur sur elle. Si les échanges vont dans ce sens, elle peut demander à faire une retraite en clôture pour découvrir notre vie de l’intérieur.

Une fois sa décision prise de s’avancer dans cette voie, la jeune fille peut entrer au monastère et commencer un temps de postulat. Elle est alors en civil au milieu de la communauté mais partage notre quotidien pour affermir sa décision et pour que nous puissions mieux la connaître.

Au bout d’environ un an, la postulante reçoit l’habit monastique (une tunique, un scapulaire et un voile qui sont alors tous blancs) lors d’une cérémonie dans la salle du Chapitre, avec la communauté uniquement. Commence alors son temps de noviciat. Celui-ci dure environ deux ans et vise à permettre à la novice d’acquérir les bases de sa formation monastique notamment par des cours (Écriture Sainte, spiritualité, histoire de l’Ordre cistercien, latin, etc.). Au cours de cette période, l’accompagnement spirituel revêt une importance fondamentale pour que la jeune moniale puisse s’engager librement et se donner toute entière à Dieu dans la communauté.

A la fin du noviciat, la novice qui le souhaite et que la communauté juge également à sa place émet sa profession temporaire au milieu des sœurs et reçoit un scapulaire noir. Par ces vœux, elle s’engage pour trois ans (qu’elle renouvellera ensuite pour un ou deux ans minimum) à vivre la vie monastique dans l’obéissance et la stabilité dans la communauté.

La profession solennelle enfin, marque l’engagement définitif au sein du monastère. Ce jour-là, en présence de sa famille et ses amis, la jeune professe s’engage publiquement dans l’église abbatiale à persévérer jusqu’à la mort dans la vie qu’elle a choisie. Elle signe sur l’autel le texte écrit de sa promesse au Seigneur et la messe est célébrée sur cette charte de profession. Ainsi, toute la vie de la moniale est offerte au Père en union au Christ dans la joie du Saint Esprit. Dès lors, la moniale porte un voile noir et, lorsqu’elle chante au chœur, la coule, grande robe monastique aux longues manches.

Officiellement, le noviciat s’achève avec la profession solennelle mais St Benoît explique dans sa Règle que la vie monastique tout entière est une école où on apprend à servir le Seigneur. Après la Profession, l’aventure se poursuit, jusqu’à la vie éternelle !

 

« À l’origine de toute vocation à la vie consacrée, il y a toujours une expérience forte de Dieu, une expérience qui ne s’oublie pas, on s’en souvient toute sa vie !… Et cela nous ne pouvons pas le calculer ni le programmer. Dieu nous surprend toujours ! C’est Dieu qui appelle… »
Pape François, aux jeunes à Assise (4 octobre 2013)

 

« Notre vocation est … par-dessus tout, de ne pas nous écarter de cet excellent chemin qui est le chemin de l’amour, d’avancer jour après jour en ces choses et de persévérer en elles jusqu’au dernier jour. »
St Bernard, lettre aux moins de st Jean dans les Alpes

 

Extrait d’une interview de la maitresse des novices sur Radio Présence :