Une grange cistercienne pour le XXI ème siècle

Revue de presse

UNE COMMUNAUTE JEUNE ET DYNAMIQUE

 

 

La communauté des cisterciennes de Boulaur compte à ce jour 31 sœurs, d’une moyenne d’âge de 45 ans. Elle est implantée depuis 1949 dans cette abbaye fontevriste du XIIème siècle. Les sœurs ont à cœur de faire vivre ce magnifique patrimoine gersois, pour faire de l’abbaye un pôle dynamique au service de son territoire autant qu’un lieu de vie, de recueillement et de prière.
Dans cette double perspective, elles portent d’ambitieux projets de développement de leur activité agricole, du point de vente des produits fermiers, et de l’accueil des touristes, appelés à prendre d’avantage d’ampleur.

L’abbaye de Boulaur souhaite s’affirmer comme un lieu de rencontres et d’échanges, en synergie avec les dynamiques agricoles, économiques et culturelles de son territoire.

Présentation du projet Grange 21

Un projet ancré dans la tradition des abbayes cisterciennes
  • histoire
  • Paysage
  • Agriculture
  • tradition

Depuis qu’elles existent, par leurs activités et leur présence, les abbayes cisterciennes ont profondément marqué l’histoire et les paysages de leur territoire d’implantation. Ainsi, nombre de leurs exploitations agricoles – appelée granges – ont permis le développement d’une agriculture de pointe. Elles ont favorisé en Europe l’essor de marchés et d’un commerce de produits de qualité, ainsi que la création d’axes routiers. Elles étaient aussi des lieux d’enracinement de la culture et de l’évangile, de par l’accès qu’elles offraient aux livres et à l’écriture.
L’abbaye de Boulaur s’inscrit dans cette longue et riche tradition, que nous souhaitons aujourd’hui faire perdurer à travers nos projets.

Avec votre soutien, nous voulons bâtir une grange cistercienne pour le XXIème siècle, moderne et ouverte, enracinée dans une terre et une histoire, tournée vers l’avenir.

DES ENJEUX FORTS

A l’heure actuelle, l’essor du bio et des circuits courts met en évidence que beaucoup de personnes souhaitent manger des produits de qualité, à la fois sains, et produits localement. Mais cet appétit, loin de se limiter à leur estomac, est aussi intellectuel et spirituel.

Pour répondre à ces enjeux, nous avons identifié quatre axes auxquels notre projet de grange répondra :
  • Augmenter la capacité de production et de vente des granges de l’abbaye
  • Favoriser l’essor d’un commerce local misant sur la qualité des produits
  • Accueillir et témoigner de notre foi auprès de nos visiteurs en favorisant leur rencontre avec la communauté
  • Faire de l’abbaye un lieu de promotion et d’accès à la culture

Notre projet :
"La Grange 21", une start-up du XXIème siècle

Ce projet nous l'avons baptisé :

Grange 21.
La grange cistercienne du XXIème siècle.

4 tranches de travaux :

• La construction et l'agrandissement de l'étable et des ateliers de production
• La création d'un espace d'accueil et d'un agrandissement de la boutique
• L’aménagement d’une bibliothèque
• Le déploiement de l'hôtellerie monastique

La première tranche de travaux (démarrée le 26 mai 2020)

1/ Construction d’une stabulation pouvant loger une trentaine de vaches laitières sur une aire paillée, incluant une salle de traite en lien avec la fromagerie, du séchage en grange pour assurer une qualité alimentaire optimale aux animaux et aux consommateurs de notre fromage en aval.

Le défi de ce chantier est bâtir pour l’éternité. Notre étable sera peut-être le seul bâtiment agricole du XXIème siècle encore debout dans 100 ans… Avec notre architecte, nous avons voulu inscrire ce projet architectural à la fois dans la tradition cistercienne et dans la tradition gersoise. On y retrouve donc les trois grandes ouvertures des églises et granges cisterciennes et les galerie et colombages des bastides gersoises. Toutes nos projets s’inscrivent dans une perspective de respect de l’environnement, qui nous est chère et conduit déjà nos démarches de rénovation : choix de peintures et matériaux de construction naturels ; réalisation de bâtiments à faible consommation énergétique ; choix de prestataires locaux.

1/ Construction d’une stabulation pouvant loger une trentaine de vaches laitières sur une aire paillée, incluant une salle de traite en lien avec la fromagerie, du séchage en grange pour assurer une qualité alimentaire optimale aux animaux et aux consommateurs de notre fromage en aval.

Le défi de ce chantier est bâtir pour l’éternité. Notre étable sera peut-être le seul bâtiment agricole du XXIème siècle encore debout dans 100 ans… Avec notre architecte, nous avons voulu inscrire ce projet architectural à la fois dans la tradition cistercienne et dans la tradition gersoise. On y retrouve donc les trois grandes ouvertures des églises et granges cisterciennes et les galerie et colombages des bastides gersoises. Toutes nos projets s’inscrivent dans une perspective de respect de l’environnement, qui nous est chère et conduit déjà nos démarches de rénovation : choix de peintures et matériaux de construction naturels ; réalisation de bâtiments à faible consommation énergétique ; choix de prestataires locaux.

Nos objecifs

  • Améliorer la performance économique de notre élevage laitier
  • Promouvoir une meilleure qualité et une plus grande variété de nos produits
  • Mettre en valeur une spécialité de l’Abbaye : la confiture de cornouilles
  • Multiplier nos animaux : de 6 à 24 vaches et de 6 à 12 porcs
  • Passer notre volume de production annuel de 2.5 à 17 tonnes de fromage fermier, de 1 à 5 tonnes de pâtés, de 4 à 8 tonnes pour les confitures et de 500 kg à 2 tonnes de farine de sarrasin

Les impacts attendus

Depuis l’arrivée de notre communauté à Boulaur il y a 70 ans, nous travaillons à améliorer notre exploitation agricole et notre verger-potager. Permaculture, sols vivants, aromathérapie pour les traitements du jardin et autres expériences sont notre quotidien pour favoriser une agriculture saine, durable et responsable. Nous avons également entrepris :

* La récupération de l’eau de pluie des toitures par la création d’une retenue collinaire
* La mise en place de séchage en grange pour améliorer la qualité du fourrage et limiter l’utilisation des tracteur

Située à 45 mn de Toulouse, l’Abbaye de Boulaur a un fort potentiel de croissance économique et touristique. A travers le projet de Grange cistercienne nous voulons non seulement doter la communauté d’une activité qui lui permette de vivre de son travail mais aussi soutenir le développement de notre Département rural.
Toutes ces initiatives sont encouragées par le désir de soutenir le territoire de l’Astarac dans son développement. Dans cet esprit, nous avons rencontré différents acteurs touristiques de la Région Occitanie et du Département du Gers. L’avancée du chantier de création d’une voie rapide proche de l’Abbaye voie rapide nous encourage dans ce sens : nous ne serons bientôt plus qu’à une demi-heure de l’entrée de Toulouse. Notre belle Abbaye sera ainsi accessible au plus grand nombre.
Notre souhait est avant tout de nous inscrire dans un territoire, de favoriser les circuits courts et de créer une dynamique locale de rencontre et d’échanges.
Une illustration est notre chantier participatif pour la confection des briques de terre compressée servant à la construction de l’étable : il a déjà rassemblé plus de 300 volontaires de tous âges, origines et milieux au cours de l’été 2020. Ainsi, l’Abbaye de demain sera l’œuvre de tous.

Les Abbaye cisterciennes ont marqué les paysages et l’histoire de notre région. Lieux de culture par leur scriptorium, le chant grégorien, leur attachement à l’étude et à la prière mais aussi leur architecture, leurs développements techniques… Nous voulons nous inscrire dans leur sillage et promouvoir au XXIème siècle cet héritage matériel et immatériel. Par ailleurs, inscrire les nouvelles constructions dans un site historique est un défi. Nous avons fait le choix de nous inscrire à la fois dans l’architecture cistercienne avec trois grandes ouvertures caractéristiques sur le pignon de la grange, et dans l’architecture gersoise avec des galeries et colombages sur le bâtiment des ateliers qui rappellent les bastides de nos campagnes.

  • Des lieux éducatifs par une approche pédagogique* : une salle vitrée dans l’étable et une galerie extérieure qui rend visible le travail de la fromagerie, des activités pour comprendre le site de la grange cistercienne. Par une visibilité du monde agricole et artisanal : une mise en valeur de toute la chaîne de transformation agricole, pour montrer la collaboration féconde entre l’homme et la nature. Par la rencontre intergénérationnelle et le partage : des lieux d’exposition et de dialogue, des activités pour les petits et les grands dans un lieu riche d’histoire. Par des formations à l’agriculture, à la transformation agro-alimentaire, aux constructions en matériaux écologiques…
  • Des lieux de réinsertion et de reconstruction par le contact avec la terre : une vie au rythme des saisons et de la nature, au contact avec les animaux, dans une campagne qui s’offre simplement. Par du travail manuel : une vie enracinée où le corps est investi, au service de la personne, de sa construction et de sa participation active au sein de la société. Par la beauté du site : un cadre intégré et paisible, conçu pour la convivialité, la sobriété (choix constructifs durables et harmonieux) le repos et la contemplation.
  • Des lieux de solidarité par l’accueil de tous : familles, retraités, gersois, voisins ou étrangers, dans des espaces où tous peuvent se rencontrer. Par l’écoute : des espaces et du temps offerts pour pouvoir parler, rencontrer, se ressourcer. Par le partage avec les plus démunis : l’amitié avec chacun, des formes de soutien social, matériel et spirituel pour répondre aux pauvretés d’aujourd’hui.

L’entrepreneuriat féminin s’inscrit dans la tradition monastique dès son origine. Dans notre Ordre, il était normal au XIIème siècle pour une Abbesse de monter à cheval pour aller visiter ses terres et fondations. Ce dynamisme fait aussi partie de l’ADN de notre communauté : lorsque les premières sœurs de notre communauté ont repris l’Abbaye de Boulaur en 1949 le bâtiment était presque en ruine. Aujourd’hui c’est une communauté en pleine croissance qui fait vivre les lieux. Notre projet c’est une croissance forte et rapide, un projet audacieux et enthousiasmant, une approche novatrice avec un investissement de départ important. Autrement dit, une start up originale mais bien dans l’air du temps.
Nous souhaitons que notre approche soit inspirante pour d’autres femmes ou dirigeantes du monde de l’entreprise et montre qu’on peut être moniales et oser se lancer dans un projet managérial d’envergure.

Une équipe compétente, un projet bien mûri

Notre communauté vit de son travail agricole depuis son arrivée à Boulaur en 1949, mais c’est seulement depuis 2001 (année d’affiliation de la première sœur à la MSA) que l’association loi 1901 qui nous réunit a le statut d’exploitante agricole. Nous comptons à ce jour trois exploitantes à la MSA. Dans nos différentes démarches, nous sommes accompagnées par plusieurs avocats spécialisés et par la Chambre d’Agriculture du Gers (CA32).

Nous avons également travaillé notre plan d’entreprise avec des professionnels, conseillers en développement, et visité de nombreuses exploitations au cours des trois dernières années, à l’instar de celle du lycée agricole de St Gaudens ou d’autres communautés monastiques. Pour la conception des bâtiments, en plus de l’expertise apporté par la CA32, nous travaillons avec des techniciens fromagers, le CTCPA d’Auch pour l’atelier viande, et bénéficions du soutien d’un technicien de l’entreprise Andros pour notre atelier de confiture. Au cours de l’élaboration des plans, nous avons également rencontré une inspectrice de la DDCSPP afin d’anticiper les mesures d’hygiène, et des conseillers de la MSA pour la sécurité et l’attention aux conditions de travail.

INVESTISSEMENT ET FINANCEMENT

Coût des 2 premières tranches

5 Millions d’Euros

Première tranche : 3,5 M€ étable (avec salle de traite, séchage en grange, hangar pour les tracteurs, salle pédagogique, etc.) et ateliers de transformation des produits fermiers (fromagerie, atelier confiture, atelier pâtés) équipements et végétalisation du site (avec création d’une retenue d’eau)

UNE GRANGE CISTERCIENNE

Participez à la croissance économique du Gers

Suivez-nous